Historie

Un Hôtel different

Cherchant à retrouver l'image classique de la gentilhommière début de siècle reconvertie en hôtel, d'aucuns évoqueront le charme austère des chambres hautes de plafond, avec leurs lits à baldaquin, leurs lourdes tentures de velours, leurs immenses suspensions, véritables sculptures de cristal. Mais ils se souviendront aussi de pièces froides et inconfortables, de salles d'eaux aux robinets qui gouttent, de couloirs sombres et de parquets grinçants.

Qu'ils oublient vite cette image d'épinal, tel n'est pas le cas de l'hôtel Torre del Remei car s'il n'a rien à envier au modèle traditionnel de demeures transformées en établissements hôteliers (telles qu'on les trouve en France principalement, avec les Relais Châteaux), l'hôtel Torre del Remei constitue une exception quant au confort et à la qualité des services. La structure et le style initial de la maison seigneuriale ont été respectés, mais l'intérieur a été entièrement repensé pour accueillir tous les équipements que se doit se posséder un hôtel grand luxe. Esthétique et technologie s'y côtoient donc et contribuent également au succès de l'objectif que l'on a voulu primordial : assurer le meilleur et le plus agréable séjour aux hôtes de l 'établissements

L'histoire du manoir Torre del Remei

La petite histoire du manoir Torre del Remei s'inscrit dans la grande histoire de la bourgeoisie catalane de ce siècle qui a vu son pouvoir s'accroître, chanceler ou changer des mains au fil des évènements de ces cent dernières années.

A la fin du siècle dernier, alors qu'il se trouve littéralement pris à la gorge au plus fort d'une crise économique généralisée, le banquier Agustí Manaut i Tabernet se voit forcé d'aliéner le patrimoine de ses enfants pour faire face à la délicate situation que traversent ses affaires. Ayant surmonté ses difficultés économiques, il décide, en manière de remerciement, d'offrir une demeure à sa fille, Blanca Manaut i Uyà. Il en confie le projet et à construction à l'architecte Freixa, de Llivia, un créateur fort renommé à l'époque, auquel on doit notamment le Casino Ceretà de Puigcerdà et le Château Torre de Riu.

Torre del Remei est inaugurée en 1910 et elle accueille ses premiers habitants, ou plutôt habitantes, puisque seules y vivent dix femmes y compris la domesticité.

Durant les premières années, le manoir acquiert un certain prestige dans la région. Lorsqu'il se rend à Puigcerdà, tout un voyage à l'époque, l'évêque Bell-lloc de la Seu d'Urgell ne manque pas de s'y arrêter pour se restaurer et prendre quelque repos.

Dans les années trente portant, le vent tourne pour la famille Manaut. Avec la guerre civile, le manoir est confisqué par le gouvernement républicain et tous ses occupants sont assignés à se réfugier à Barcelone. La maison est alors transformée en école, puis en hôpital. Fort heureusement, sa structure n'est pas modifiée et ne souffre aucun dommage.

A l'issue de la guerre, les anciens propriétaires reprennent possession de leur domaine. Mais c'en est bien fini de la splendeur d'antan ; la maison, fermée la plupart du temps, n'ouvre ses portes qu'en rares occasions. Deux générations après sa naissance. Torre del Remei semblait donc condamnée à l'oubli ; confinée dans le silence depuis de longues années, ses allées jonchées des feuilles mortes que les arbres, témoins muets de sa décadence, pleuraient hiver après hiver, elle allait sûrement disparaître.

Mais le temps travaillait en faveur de la Torre del Remei et la hasard en décida autrement : invités par des amis qui possèdent une maison voisine, Josep maria et Loles Boix aperçoivent de loin les pignons pointus du manoir. Intrigués, ils pénètrent dans le domaine et découvrent, enchantés, cet endroit qu'ils n 'hésitent pas à qualifier de magique. Immédiatement, une idée s'impose à eux : construire un hôtel de quelques chambres seulement, mais doté de tous les éléments de confort possibles ou imaginables.

En février 1988, ils achètent Torre del Remei et prennent contact avec le cabinet d'architectes Espinet-Ubach auquel ils confient la restauration de l'ancienne maison de maîtres et sa transformation en l' hôtel de grand luxe qu'elle est aujourd'hui.

Une tradition familiale

Héritier de cinq générations d'hôteliers, Josep Maria Boix est, aux côtés de Loles, son épouse, le propriétaire, le créateur et l'âme de l'Hôtel Torre del Remei.

Josep Maria Boix est né à Martinet en 1947. Sa famille exploitait à l'époque l'auberge Martinet, halte quasi obligée des visiteurs de cette vallée des pyrénées. A 14 ans, il décide de suivre les traces de son père et comme marmiton dans les cuisines de l'Hostal de la Perdiu de Barcelone, aujourd'hui disparu. Sa carrière le conduit ensuite à l'hôtel Colón où il s'initie aux secrets des fourneaux auprès d'un grand maître: Ignasi Domènech.

Envoyé sous les drapeaux à la Seu d'Urgell, il rencontre Loles et épouse cette fille d'armuriers en 1970.

Ils ne tardent pas à montrer leur premier établissement, l'hostal Cadí de Martinet, entreprise éphémère hélas, puisque l'édifice est entièrement détruit par un incendie en 1973. Mais ils ne se découragent pas et leurs efforts se concrétisent, en 1975, par l'inauguration de l'actuel hôtel Boix de Martinet. Avec Josep Maria Boix en cuisines et Loles à la tête de l'établissement et du restaurant, l'hôtel Boix s'impose par un style inimitable qui vaut à ses deux créateurs d'être connus et reconnus dans le monde de la restauration. Outre des distinctions, les cours qu'ils dispensent ou les divers colloques auxquels sont invités, les Boix peuvent se prévaloir d'une nombreuse clientèle d'inconditionnels qui se chargent, mieux que toute publicité, de chanter les louages de l'établissement.

C'est l'hôtel Boix quia a composé et réalisé le menu de dîner offert en 1987 à la Reine Elisabeth II d'Angleterre et au duc d'Edimbourg; le dîner offert en octobre à la princesse Anne d'Angleterre, à l'occasion de son passage à Barcelone où elle siégeait en tant que membre du Comité olympique international; et également celui que donnèrent les souverains espagnols à Sant Sadurní d'Anoia pour l'anniversaire de l'éradication du phylloxera.

En 1983, la cuisine de l'hôtel Boix a reçu le Prix national de Gastronomie décerné au meilleur restaurant d'hôtel d'Espagne, et Josep Maria Boix a remporté, quant à lui, le Prix national de gastronomie 1987 qui récompense le meilleur chef de cuisine.

Les installations de l'Hotel Torre del Remei

Avant de débuter les travaux de restauration du manoir Torre del Remei, les nouveaux propriétaires et les architectes du cabinet Espinet-Ubach s'étaient immédiatement mis d'accord sur un point, primordial à leur yeux: l'établissement ne pouvait être "un hôtel de plus". Il devait être absolument différent, par sa situation, son architecture, et surtout par sa conception.

L'agrandissement aurait donc lieu dans le plus total respect de l'architecture originale et de ses proportions ; le traitement de l'espace serait équilibré, les salles vastes et froides cèderaient le place à des chambres spacieuses et accueillantes ; les éléments de confort seraient choisis en fonction de leur discrétion, de leur sobriété , mais ils seraient pourtant omniprésents ; il s'agissait de tirer le meilleur parti d'une situation plus que privilégié, de jardins plantés d'arbres centenaires de valeur incalculable, et d'un environnement absolument sans pareil.

Entrons donc dans le manoir tel qu'il se présente désormais. On y pénètre par un hall circulaire à ciel ouvert qui donne accès sur la salle à manger, vaste espace éclairé par de hautes et larges baies vitrées. A notre droite, un petit salon de lecture et le grand escalier qui conduit aux étages supérieurs ; à gauche, ouvertes sur le jardin, les cuisines ultra-modernes : air conditionné, plafond extracteur de fumées, fourneaux à induction magnétique, chambres froides, atelier de pâtisserie ; sous les cuisines, en contact avec la terre, la cave où les meilleurs vins reposent et mûrissent en silence et à la bonne température.

Voyons maintenant les onze chambres de l'hôtel. Réparties sur trois étages, elles sont toutes précédées par une antichambre. Spacieuses, amis totalement différentes les unes des autres, elles s'adaptent parfaitement aux structures de l'édifice. Pour l 'élément confort, on trouvera dans toutes les chambres : des meubles spécialement créés pour l'hôtel ; une baignoire d'hydromassage dans la salle de bains ; des draps de fil brodés, un meuble bar, télévision et vidéo et une vidéothèque de plus de cent trente films à sa disposition des hôtes, coffre fort, chauffage au sol et éclairage nocturne permettant de s'orienter sans déranger les autres occupants, complètent la liste. On a donné à chaque chambre le nom du paysage sur lequel donnent ses fenêtres ou ses balcons : Tossa d'Alp, Pla de la Boira, Prat d'Aransó, Riu dels Estanys, Coma de Das, Puig de Saneja, Puig de Coma Dolça, Prats de Moixeró, Pas dels Gasolans ; Pla dels Pastors et Roc d'en Vert.

Relais & Chateaux